tu es bleu

tu es bleu | Paris 2oo6

Met en scène l’écriture à nulle autre pareille d’Herbeck, un auteur allemand, schizophrène et handicapé, dont la parole est d’une incroyable liberté. L’audace de cette poésie a séduit Frédérique Bruyas, Malte Martin et Pierre-Jean Gaucher, réunis autour de la volonté de faire connaître son affranchissement des conventions, des règles littéraires, de la linguistique et de la représentation de la réalité. Le récital s’installe dans un atelier d’imprimeur. La lecture s’enrichit du rythme des machines, de l’odeur de l’encre et du papier, sollicite les autres sens des spectateurs. Bruits de mots, circulation et croisement de la polyphonie des voix, architecture sonore, autre perception du sens, sont les ingrédients de cette performance. Les machines composent un “théâtre d’ombres”, un univers décalé : glissement du réel vers un quotidien fantasmagorique que le public peut arpenter. Appelés à se déplacer dans les locaux, à passer d’étage en étage, à découvrir la comédienne dans différents emplacements, les spectateurs déchiffrent le “théâtre d’ombre”. Jeu de lumière minimal donnant vie aux machines, projetant leurs ombres sur des paravents de papier de soie — monstres-machines ou machines oniriques. Le poème-chorus est la rencontre de la diction du texte et de la composition originale du guitariste, le graphisme projeté est évanescent sur les para-vents de papier. Les machines enfantent le texte, l’imprimerie se met en marche…

  • partenaires

    dans le cadre du Printemps des poètes 2006
    avec le soutien du Centre National du Livre, des éditions Harpo&,
    et de l'imprimerie Roques & fils

  • crédits

    scénographie et créations typographiques: Malte Martin
    musique: Pierrejean Gaucher
    lecture: Frédérique Bruyas

mots voyageurs #2

Pour ce projet, initié par Malte Martin, chaque jour du mois de septembre, deux mots seront affichés avec une présentation étymologique pour retracer leur voyage avant d’arriver dans la langue française.

Pour cette installation, qui célèbre ainsi le métissage de la langue commune, nous avons eu le plaisir de recevoir des créations de graphistes et de typographes du monde entier.