multiplicités | cité de l’immigration | Paris 2oo7

“Tous les hommes sont des êtres parlant”, tous sont également susceptibles d’être touchés par des énoncés politiques ou des textes littéraires, d’être arrachés par cette rencontre à leur “destination naturelle qui est de produire leur vie en laissant le soin de gouverner à ceux qui ont titre à gouverner.” Jacques Rancière, cité par Malte Martin dans son texte “Prendre la parole”. 

À l’occasion de l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, des triptyques arborant des textes puisés dans notre patrimoine littéraire et dans les sources du réseau de la Cité (réunissant société civile et chercheurs) irriguent les espaces de la CNHI d’un “théâtre de mots” où s’interrogent nos représentations imaginaires et collectives de l’immigration. Son équivalence sonore est une installation dans le kiosque du Réseau. S’y diffusent 5 boucles — où témoignages et questions liés à l’immigration entrent en résonance ou se confrontent à l’oreille de chacun des visiteurs. Ces deux dispositifs symbolisent la présence de la société civile au cœur de l’établissement et son rôle dans la construction de la Cité, par l’instauration d’une Agora où le réseau contribue au questionnement durable et permanent sur cette question… Au départ chargé d’identité coloniale, il nous incombait de souligner le changement de destination historique de ce bâtiment au moment de son ouverture. Dès la sortie du métro, les phrases sur des pages de 3x4 m exposaient à la manière d’un “manifeste” la nouvelle destinée au public venu pour l’inauguration citoyenne de la Cité. Cette installation — également aboutissement d’une approche expérimentée dans les quartiers — est l’occasion de contribuer grâce à la démarche d’Agrafmobile à l’émergence d’un lieu d’échanges d’envergure nationale. Non sans difficultés…

  • partenaires

    avec l’aimable autorisation de:
    Leïla Sebbar, l’Humanité, Mohamed Rouabhi, Les Éditions de Minuit, Lansman éditeur, Le Monde, Gérard Noiriel, éditions Gallimard, éditions du Seuil, René Gallissot, Jean-Claude Kaufmann, Raphaël Lluch, Dominique Renaux, Driss El Yazami, Alain Morice, Radio Primitive, Kofi Yamgnane, Gaye Petek, José Vieira, Michèle Tribalat, les Éditions La Découverte, Michel Seonnet
    merci pour les autorisations concernant les auteurs suivants: Abdelmayek Sayad, Jacques Kasparian, Le Huu Khoa

    avec l’aide du Réseau de la Cité de l’Immigration

  • crédits

    production: agrafmobile
    recueil de textes: Christine Rodes
    design sonore: laps design

fabrique de la ville, fabrique de cultures

Faire la ville autrement, en plaçant la création artistique et la vie culturelle au cœur de la fabrique urbaine, c’est le projet Fabrique de la ville, fabrique de cultures, un ouvrage collectif dirigé par Michel Duffour et Danielle Bellini, dans lequel des maires de la région parisienne témoignent, aux côtés d’artistes, d’acteurs de la culture et de l’urbain, des politiques culturelles menées dans des villes de la région parisienne.

C’est aux côtés de nombreuses personnalités inspirantes qui œuvrent à la fabrique de la ville et des cultures, que Malte Martin a contribué à cet ouvrage avec l’article “Pour un laboratoire des Communs et de la création urbaine”. Article disponible ici.

Fabrique de la ville, fabrique de cultures, éditions du Croquant, 2020.
Avec la participation de: Juliette Bompoint, Fazette Bordage, Patrick Bouchain, Patrick Braouezec, Laurence Dupouy-Veyrier, Daniel Jeanneteau, Pascal Le Brun-Cordier, Maud Le Floc’h, Patrice Leclerc, Fabrice Lextrait, Pierre Mansat, Malte Martin, Valentine Roy…

conception graphique: écouter pour voir
commande: ville-en-commun.net