circuler il y a tout à voir
une banque d’histoires à Clichy/Montfermeil

«L’idée c’est une ‘signalétique sensible’ pour raconter le chantier d’une ville en train de se faire.

Toutes les villes en rénovation urbaine sont ponctuées de panneaux annonçant les chantiers, leurs destinations, leurs mandataires et autres données techniques dans un langage qui relève tantôt de l’annonce publicitaire, tantôt du langage administratif. Un chantier est vécu souvent comme une perte de repère, une disparition sans connaitre le futur, une démonstration de la toute puissance administrative…

Pourtant il y a l’autre imaginaire du chantier. Enfant j’étais tout curieux pour découvrir ce qui se passait derrière la palissade en cherchant les trous et brèches pour percer le secret, voir les camions tourner, s’imaginer en haut de la grue. Observer l’avancée des travaux, découvrir sur le chemin de l’école un étage en plus, sentir le goudron tout chaud devenir une rue ou un trottoir…

Le projet d’une signalétique sensible à Clichy et Montfermeil pourrait contribuer à activer cet imaginaire là, qui permet de voyager dans son quartier comme un explorateur, de faire le deuil de ce qui disparaît et de se projeter en haut de la grue pour voir sa ville grandir. L’idée serait de faire d’abord émerger des mots, des signes, des traces. Des regards intimes et des mots publics venant de Mathieu Simonet et de celles et de ceux qu’il croiserait dans son exploration langagière de la ville: les participants des conseils citoyens, des élèves des écoles, les habitants et usagers de ce territoire. Je ferais un travail d’interprétation graphique et typographique à partir de cette matière textuelle. Je pourrais réagir parfois avec mes mots et mes signes, restant un rythme, un ton et une mise en scène de ces éléments dans l’espace urbain à trouver en accord avec les imaginaires ressentis.
…»

Extraits note d’intention

mots voyageurs #2

Pour ce projet, initié par Malte Martin, chaque jour du mois de septembre, deux mots seront affichés avec une présentation étymologique pour retracer leur voyage avant d’arriver dans la langue française.

Pour cette installation, qui célèbre ainsi le métissage de la langue commune, nous avons eu le plaisir de recevoir des créations de graphistes et de typographes du monde entier.